Mariamman, la Déesse Amma !

Mis à jour : mai 15

Les kovils de Maurice ont hérité du nom de Mariamman, pourquoi ? Qui est-elle ?




Connue comme Déesse de la fertilité et de la pluie, elle est reconnue dans l’hindouisme pour être la déesse des maladies, dont à l’origine la maladie de la variole, (avant son éradication en Inde). Elle est associée à la guérison de toutes les maladies « fiévreuses » et celles avec des éruptions cutanées. On dit que ces maladies sont détruites ou déclenchées par la déesse. On la vénère également pour avoir des enfants en bonne santé, ou encore une bonne épouse.


Le mot tamoul « Muthu » signifie « perle » et dans l’ancien usage de la langue ‘Muthu Maari’ symbolisait une fête, ainsi qu’une façon poétique d’imager la pluie qui tombe en gouttelettes liées au préalable à des perles données par le Dieu de la nature. Elle est donc appelée ‘Muthu Maariamman’, car elle représente la déesse qui donne une pluie prospère et elle est souvent vénérée avant la saison de la coupe de la canne à sucre ici à Maurice au mois de juin (notamment au temple Tookay) ou lors des fêtes de Pongal en janvier. Elle est aussi considérée par beaucoup de croyants dans le sud de l’ Inde comme une incarnation de la Déesse Kali.


Mariamman est généralement représentée tenant un trident (trisula) dans une main et un bol (kapala) dans l’autre. Une de ses mains effectue un mudra (geste symbolique et spirituel), plus précisément le abhaya mudra, un geste de courage représentant la protection, la paix, la bienveillance et la dissipation de la peur.


1ère Légende sur l’Histoire de Mariamman


La légende tamoule sur l’origine de Mariamman dit qu’elle était la femme de Tiruvalluvar, le grand poète tamoul de l’Antiquité, et qui était soit shivaïte, jaïn ou bouddhiste, mais ni brâhmane, ni kshatriya (guerrier), ni vaïshya (artisan, paysan), ni shudra (serviteur), mais paria.


Elle contracta la variole et mendia de maison en maison pour se nourrir, se soignant elle-même avec des feuilles de l’arbre neem ou de margousier pour éviter aux mouches de venir sur ses plaies. Elle guérit et conquit la maladie (les maladies sont des démons dans l’hindouisme) et les gens l’adorèrent comme la déesse de la variole. La tradition veut que pour éloigner la variole de chez soi, on doit accrocher des feuilles de « neem » ou margousier au-dessus des portes des maisons.


2ème Légende sur l’Histoire de Mariamman


Une autre légende implique la belle et vertueuse Nagavali, épouse de Piruhu, un des neuf Rishis (Voyants, des Védas). Un jour, le Rishi était absent et la Trimurti (Brahmâ, Vishnu et Shiva) est venue voir si sa célèbre beauté et sa vertu étaient vraies. Ils s’étaient transformés en petits enfants afin de rendre visite à Nagavali. Nagavali ne les connaissant pas, elle désapprouva leur intrusion chez elle, les trois dieux furent offensés et elle fut maudite. Sa beauté disparut et son visage devint marqué par la variole. Le Rishi, retournant chez lui, la trouva ainsi défigurée et lui demanda de s’en aller, déclarant qu’elle naîtrait d’un démon dans l’autre monde qui provoquera la propagation d’une maladie qui rendrait les gens comme elle-même.


Venez suivre avec nous la Route de la Spiritualité Indienne à Maurice et participez aux différents festivals tout au long de l'année !


Voyager, c'est rencontrer et partager ! Ensemble pour le slow tourism, un tourisme durable et responsable à Maurice !

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round