Aujourd'hui, c'est l'anniversaire d'Hanuman

Hanumān (en sanskrit « pourvu (mân) de [fortes] mâchoires (hanu) ») est dans l'hindouisme un vanara, héros du Rāmāyaṇa, une épopée qui raconte le périple de Râma. Fils de Pavana, le dieu du vent, et de la déesse Anjanâ, il a l'apparence d'un singe et plus précisément d'un langur à face noire. Il est décrit comme assez fort pour soulever des montagnes, tuer des démons et rivaliser de vitesse avec Garuda, l'oiseau véhicule de Vishnu, l'un des trois dieux de la Trimurti. D'ailleurs, il ne possède pas de véhicule pour se déplacer comme les autres divinités du panthéon hindou, il n'en a guère besoin.


Dans l'hindouisme moderne, c'est un dieu très populaire dans les villages et vous trouverez souvent des temples lui étant consacré dans les jardins mauriciens, car il est le protecteur du foyer.


Grand admirateur de Râma, (un avatar de Vishnu), Hanumān le rencontre à la recherche de sa femme Sîtâ, perdu dans la forêt de Kishkindhâ. Il l'aide à vaincre le roi des démons Râvana, qui avait enlevé Sîtâ. L'indianiste John Dowson écrit : « Hanumân se déplaça d’Inde à Ceylan, d’un saut : s’arrachant des arbres, il survola les monts de l’Himalaya, prenant appui sur les nuages, réalisant ainsi beaucoup d’autres prouesses merveilleuses. Entre autres nombreux talents, Hanumân était grammairien ; et le Râmâyana dit : « Le singe sacré est parfait ; nul ne l’égale dans les shastra, ni dans les apprentissages, ni pour comprendre le sens des écritures, (ni pour se déplacer à loisir). Ces qualités de savant ne sont pas sans rappeler le dieu singe de l'Egypte antique, le dieu Thot.


Hanumān est le dieu-singe, patron des lutteurs (admirez ci-dessous sa musculature avantageuse !), dieu de la sagesse. Il est souvent représenté avec une massue (gadā).


Une caractéristique d’Hanumān est sa fidélité complète et permanente à Rama, son Maître spirituel. Sa vie entière, ses actions, ses jours et ses nuits sont consacrés à servir son Maître. En un mot, Hanumān est l’image du parfait disciple. Après la victoire, Rama voulut récompenser Hanumān. Celui-ci refusa, trop heureux d'avoir été le champion de l'amour et de la justice. Cette noblesse est aujourd'hui encore illustrée par le proverbe hindou « les singes pleurent sur les autres, jamais sur eux-mêmes ».


A l'origine Hanumān était le gardien des propriétés et tout fondateur d'un nouveau village se devait d'ériger sa statue.


Source Wikipedia. Photos EM.

2 vues0 commentaire