Sur la route de la spiritualité hindoue ... chapitre 4

C'est en 1897 qu'une vision vint au Pandit Gossagne de l'existence d'un lac sacré au centre de l'île, relié aux eaux sacrées du Gange et c'est l'année suivante qu'un groupe de dévots se mit en route depuis le Maheshwarnath Mandir de Triolet vers Grand Bassin. Le pélerinage du Mahashivaratri était né et se déroule chaque année en février ou mars.


Gigantesque statue de Shiva à Grand Bassin


Il n'est pas nécessaire de se rendre à Grand Bassin lors de ce festival pour en apprécier la dévotion et la ferveur et je dirais presque "au contraire". La tranquillité habituelle du lieu invite au recueillement, à la découverte et à la rencontre des familles mauriciennes venues ici prier, vider et remplir à nouveau leur récipient d'eau sacrée. Si aujourd'hui, plus personne ou presque ne croit à la connexion sous l'Océan Indien entre le Gange et le Ganga Talao, en 1972, il a tout de même fallu que le Premier Ministre mauricien de l'époque envoie un émissaire sur les berges du Gange pour en ramener de l'eau et affirmer définitivement le caractère sacré du lac. La forme de l'îlet central du lac accrédite cette volonté de persuasion, le crocodile étant le véhicule de la Déesse Ganga.


Longue histoire de l'engagisme indien à Maurice et de la nécessité politique d'enraciner l'indianité sur cette île lointaine, créole et étrangère.


Un mot à nouveau sur les véhicules des divinités : le vâhana est à la fois le symbole et l'emblème de la divinité qu'il porte : force et virilité du taureau Nandi, vâhana de Shiva, splendeur et majesté du paon Parvanî, vâhana de Skanda (Muruga), grâce et beauté du cygne, vâhana de Saraswati.



Muruga et son paon au kovil Bâtie


Le véhicule a pour fonction de redoubler ou de dédoubler ses pouvoirs. Durga la guerrière ne parvient à terrasser le démon que grâce à l'aide de sa monture, le lion. Lakshmi, déesse de la fortune, dispense des richesses à la fois matérielles et spirituelles lorsqu'elle chevauche son vâhana, le hibou. Ganesh, "celui-qui-ôte-les-obstacles", ne peut pénétrer partout malgré sa force éléphantesque, alors que son porteur, la petite souris Mûshika, est capable de se glisser dans les moindres interstices et de venir à bout des obstacles les plus résistants. C'est aussi Mûshika qui, sans jamais se faire remarquer, porte les bénédictions de la divinité dans chaque recoin de l'esprit. Il y a toujours cette ambivalence entre opposition et interdépendance.



Ganesh au kovil de Beauplan


En tant qu'animal, le vâhana symbolise les forces inférieures que la divinité domine et subjugue en les chevauchant. Monté sur Parvanî, Skanda bride l'incorrigible vanité du paon. Assis sur Mûshika, Ganesh pèse de tout son poids sur les pensées futiles qui pullulent comme des rats dans le noir.


La tradition dit aussi que tout être humain a pour tâche et pour destin de devenir le vâhana du Divin.


Cette symbolique est captivante et c'est ce que nous vous proposons de vivre au cours de notre Route de la Spiritualité hindoue à Maurice, entre Histoire et mode de vie.









10 vues0 commentaire