Jour après jour, Cavadee !

Mis à jour : 13 déc. 2019


Découvrez l'histoire jour par jour, des dix jours du Thaipoosam Cavadee. Évidemment, chaque jour raconte son histoire, ce qui fait que ce festival comme tous les autres est riche en significations.

Premier Jour du ThaiPoosam Cavadee :

Cette journée marque l'entrée du sage Narada au royaume de Shiva : le shivalogam. Narada arrive en priant Shiva et lui présente le fruit de la connaissance : le gnana pazham. Il devra le remettre à un de ces fils : Ganesh ou Muruga. Comment choisir ? C'est à partir de là que démarre l'histoire du cavadee. Deuxième Jour du ThaiPoosam Cavadee : En cette journée, Shiva doit remettre à Ganesh ou Muruga le gnana pazham (le fruit de la connaissance remis par Narada la veille). Afin de les départager, il leur demande de faire trois fois le tour du monde. Muruga part sur son paon alors que Ganesh décide de rester auprès de ses parents. Ce dernier ne peut parcourir le monde entier. Une nuit entière il réfléchit à la façon de gagner ce challenge, alors que son frère Muruga est en train de faire le tour du monde. Troisième Jour du ThaiPoosam Cavadee : Alors que Muruga est en train de faire le tour du monde, Ganesh a réfléchi toute la nuit à un moyen de gagner le défi. Finalement, au matin du troisième jour, il demanda à Shiva et Parvati, ses parents, de se mettre debout. Il fit trois fois le tour de ses parents et tomba à leurs pieds en leur disant « voilà, j'ai fait trois fois le tour du monde, car le monde est en vous, et pour moi vous êtes le monde ». Alors Shiva remit à Ganesh le fruit de la connaissance. C'est ainsi que dans la religion hindouiste, la bénédiction des parents est extrêmement importante. Plus tard, lorsque Muruga revint de son périple, il trouva son frère avec le fruit de la connaissance dans sa main. Fou de rage, il quitta la demeure de ses parents en disant. « Je pars vers le sud, mon peuple me suivra, et je résiderai sur le Mont Pazhanee ». C'est au soir du troisième jour que Muruga quitte le royaume de ses parents. Selon les paroles rapportées, il est dit que "ni les larmes de Parvati, ni les excuses de Shiva, ne permirent de garder Muruga auprès des siens". Ce jour est appelé "Mam pazham thiruvizha" Quatrième Jour du ThaiPoosam Cavadee : En ce jour, Muruga a rejoint sa montagne : le pajani maleï (Mont Pajani) Il a abandonné tous ses vêtements, en s'habillant comme un mendiant et en portant un bâton à la main à la place de son vel. Il est alors appelé dandapani ou pajani andavar. A cet instant, trois personnages viennent à sa rencontre : Tout d'abord, Parvati, qui supplie son fils de rentrer dans leur royaume. Mais Muruga refuse, car il en veut toujours à son père de ne pas lui avoir donner le fruit de la connaissance. Ensuite, une femme arrive, il s'agit de Avvayar. C'est une sainte, grande dévote de Shiva et de Muruga, elle a dédié sa vie à chanter les louanges de Muruga. Lorsqu'elle voit Muruga comme un ermite sur cette montagne, elle chante pour lui et lui demande de retourner vers sa demeure. Muruga refuse encore une fois de rentrer. Puis c'est Ganesh qui vient à la rencontre de Muruga en lui proposant de prendre le fruit de la discorde et de rentrer. Muruga refuse une troisième fois. A cet instant, tous les dieux et saints sont tourmentés. Il faut vite trouver une solution pour ramener Muruga au Shivalogam. Toute la nuit, tous vont prier Shiva de trouver une solution. Cinquième Jour du ThaiPoosam Cavadee : En ce 5ème jour, Shiva répond aux prières des dévas. Après qu'on lui a demandé de trouver une solution pour ramener Muruga chez lui, Shiva décide de convoquer son plus grand disciple : Idumban. Idumban est un homme qui obtint des pouvoirs divins grâce à une grande dévotion à Shiva. Ce dernier demande a Idumban de partir vers le sud, et de lui rapporter deux collines qui se trouvent près du mont Pajani. Idumban, doté d'une force exceptionnelle, accepte et part donc à la recherche de ces deux collines. Muruga quant a lui, toujours sur sa montagne, livre au matin du 5ème jour une parole sacrée. Il révèle à ses disciples que s'il est parti de chez lui, c'est par colère, mais également pour nous montrer la voie d'une vie vertueuse. En se débarrassant de tout ce qui lui est superflu et en devenant un mendiant, il nous montre que ce n'est qu'en nous détachant du monde physique et matériel que nous pouvons être libérés de l'illusion du monde (samsara) et atteindre la félicité. Sixième Jour du ThaiPoosam Cavadee : Idumban arrive au bord du lac Saravana, et trouve les deux collines que Shiva lui a demandé de ramener dans son royaume. Grâce à sa force hors du commun, il soulève les deux collines et les attachent à un morceau de bois, afin de pouvoir les porter sur ses épaules. Idumban parcourt une partie du chemin du retour. Sur la route, il s'arrête auprès d'un lac pour se reposer et y passer la nuit. Lors de son sommeil, il est réveillé trois fois par un enfant venu l'embêter. Par trois fois, Idumban le pousse à coup de pierre afin de pouvoir continuer à dormir sans se rendre compte que cet enfant n'est autre que Muruga. Septième Jour du ThaiPoosam Cavadee : Idumban qui signifie « l'orgueilleux » est toujours en chemin pour rapporter les 2 collines du Pajani Malei à Shiva. Après avoir passé la nuit pour se reposer, Idumban décide de reprendre la route. Mais il se dit qu'il a encore le temps pour cela. Idumban passera donc la journée et la nuit du 7ème jour à se reposer. Pendant ce temps, Muruga qui avait taquiné Idumban la veille réfléchit à un moyen de le faire défaillir de sa tâche. Muruga sait bien que Idumban est un dévot de son père, et irrité par les coups de pierre qu'il a reçus, il va se faire un malin plaisir à rendre la tâche plus difficile. Huitième Jour du ThaiPoosam Cavadee : Ce 8ème jour est l'un des plus riches d'un point de vue factuel. Idumban, qui a donc soulevé les deux collines pour les ramener à Shiva s'est endormi au bord du lac Saravana et se lève pour reprendre sa route. Après s'être lavé dans l'eau du lac, il se prépare à soulever à nouveau les collines ... Pendant qu'il se préparait, Muruga, qui lui était apparu la veille comme un enfant voulut se venger d'avoir reçu des coups de pierre. Muruga se plaça alors sur l'une des deux collines pour empêcher Idumban de les soulever. Et effectivement, malgré sa force démesurée, Idumban ne parvient plus à soulever les collines... La nuit du 8ème jour du carême est appelé « La nuit de l'orgueil » Idumban signifiant " l'orgueilleux". Parce qu'il a reçu de Shiva toutes les grâces et des pouvoirs démesurés, Idumban se considérait comme invincible. Muruga le savait et voulait le punir de son orgueil. Alors en se plaçant sur une des deux collines, il empêcha ainsi Idumban de remplir sa mission. Idumban en voyant Muruga sur la colline ne le reconnut pas et décida de se battre avec lui.

Durant la bataille, Muruga tint les paroles suivantes à Idumban : "Abandonne, tu ne peux rien contre moi, parce que tout ce que tu as obtenu , tu l'as eu de mon père, ton orgueil te perdra. " A ces mots Idumban répondit : "Je ne suis pas le plus orgueilleux de nous deux. Tu l'es plus que moi, car ce n'est que par orgueil que tu es parti de chez toi en abandonnant le royaume de ton père "

Ayant entendu ces paroles, Muruga pour punir Idumban lui transperce la langue de son Vel (sa lance sacrée) et tue Idumban en lui enfonçant son vel dans le cœur. Neuvième Jour du ThaiPoosam Cavadee : Muruga ayant tué Idumban, tous les dieux apparaissent, Shiva en tête. Shiva apprend à Muruga son erreur d'avoir tué Idumban, alors que celui-ci ne faisait qu'accomplir son devoir. Muruga est effondré et se rend compte qu'en venant à notre rencontre, il a recueilli le fardeau que porte l'Homme sur Terre : l'orgueil. Muruga réussit à se remettre en question. Devant les prières de tous, Muruga redonne la vie à Idumban, mettant de côté son égo. C'est ainsi le sens du cavadee : nous suivons un jeûne végétalien strict pendant dix jours durant lesquels nous mettons de côté nos excès de la vie quotidienne et nous nous concentrons sur l'essence même de la vie. Parce que notre passage sur Terre est temporaire, nous devons combattre notre orgueil qui est souvent un obstacle pour progresser. Comme Muruga a su se remettre en question, lorsque nous prions pour lui : il nous libère de toutes nos émotions et nous rend la légèreté pour affronter les épreuves. Dixième et dernier Jour du ThaiPoosam Cavadee : Ce 10ème jour marque le dénouement du périple de Muruga sur le Pajani Malei. Pour se faire pardonner, Muruga accepte d'être porté par Idumban sur la colline jusqu'au royaume de son père. Ainsi, Idumban accroche à nouveau les deux collines à un bâton et les porte sur ses épaules avec Muruga dessus et rejoignent le Shivalogam. Ceci eut lieu le jour du Cavadee. Muruga tient alors une parole sacrée « Tous ceux qui le porteront jusqu'à chez lui, auront sa bénédiction et seront libérés des obstacles de la vie ». Idumban est donc le premier porteur du Cavadee, et il est honoré tout au long des célébrations en même temps que Muruga. Lorsque l'on porte le Cavadee, on attache deux Sombous de lait, qui représentent les deux collines de Idumban. Ces deux sombous en cuivre remplis de lait représentent aussi les deux fardeaux que l'homme doit porter sur terre (l'orgueil et la passion). Arrivé au temple, le lait est vidé sur Muruga. De même pour les "pal avsion" qui sont l'offrande du lait ce jour-là, en vidant le lait sur Muruga, c'est notre cœur tout entier que l'on déverse sur lui ... Muruga recueille alors nos peines, nos doutes, nos espoirs, nos joies. Nous lui offrons tout cela à travers l'élément le plus pur que Dieu nous a donné. Ensuite, le lait qui a coulé sur la statue de Muruga nous est rendu pour être partagé, comme pour dire qu'à présent, Muruga a pris tout ce qui ne va pas et nous rend en échange sa bénédiction. Le grand bain de Muruga "abhishegam" permet de consacrer cet échange entre Dieu et les hommes. Il fait aussi référence à un des derniers événements du Cavadee qui veut que lorsque Muruga est arrivé chez lui, il fut lavé et habillé à nouveau avec ses habits de Prince et ses bijoux qu'il avait abandonnés en partant de chez lui.

Tout comme nous qui pendant le carême avons abandonné certaines de nos habitudes pour les retrouver après.


© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round